Partagez|
avatar
Chasseur de dragon
Messages : 270
Sujet: Tarde venientibus ossa | Livia & Attheia Jeu 9 Aoû - 10:34
Tarde venientibus ossa
Livia & Attheia


Le cuir du gant était presque d’une teinte brique, foncé par les années d’entraînement et les rigoles de sueur, éclairci par les éléments et l’éclat du soleil. Le poing fermé d’Attheia reste sous son sein un moment, sa silhouette altière figée dans l’immobilisme. Elle ressemble aux statues qui l’entourent maintenant qu’elle a laissé son glaive et son bouclier à l’entrée du temple. Les cicatrices en plus, le soulèvement de sa poitrine exaltée en plus. Akatosh était bien le seul être qui parvenait sans lui asséner de coup à lui couper le souffle. Six jours de cheval l’avait mené de la sépulture draconique au temple où la statue de pierre d’Akatosh pouvait l’observer à genoux, dans l’attitude de la reconnaissance la plus sincère. Elle était autant une enfant qu’une combattante dans ses prières. Elle lui devait la vie et sa victoire. Cela aurait été désagréable de devoir sa victoire à autre chose qu’à sa stratégie, à l’exécution de ses feintes ou à la force de ses hommes. Mais c’était Akatosh. L’impériale se releva souplement du sol dallé du temple des Neuf et adressa un dernier signe de reconnaissance à l’aedra qu’elle servait. Qu’elle représentait et qui avait soutenu son bras, investi sa voix de pouvoirs qu’elle ne désirait pas. Elle avait crié. Elle n’avait rien d’une élue ou d’un héraut. Le seul domaine de modestie d’Attheia était bien sa foi et les offrandes qu’elle avait disposé devant la niche et les jours de route cherchaient bien à montrer à l’aedra sa gratitude. Cette escapade à Solitude était autant de jours qu’elle n’avait pas passé à son propre combat. Tout cela pour une heure passée au creux des lumières des vitraux, immobile devant de la pierre taillée et silencieuse.

Les bottes de la guerrière résonnèrent au milieu du mutisme des prêtres et la lourde porte de la basilique se referma pour la jeter dans le tumulte de la capitale. Elle n’en avait strictement rien à faire. Attheia passa le bouclier qu’elle avait ôté sur son dos, et fendait la foule sans considération aucune pour les civils qu’elle avait juré de protéger. Elle n’avait pas besoin d’hurler « place, légion ! » pour imposer le respect de toute façon. Direction la garnison. Attheia est déjà en train de se battre dans sa tête. On s’extirpe des brumes enfiévrées de la foi pour se jeter dans les bras des hargnes. Elle ne regarde certainement pas devant elle, ni les pavés envahis de mauvaises herbes, ni les honnêtes et malhonnêtes gens de la cité qui font leur vie sans se préoccuper du vol des dragons et des combattants qui hurlent à plein poumons contre eux. Quelle idée.

Elle ne heurte pas grand monde, avec son aura de détermination et le balancement de son glaive sur sa hanche. Elle ne heurte pas grand monde avec sa version civile de l’équipement impérial dans la capitale d’empire. Sa jupe est de pans de cuirs et de voilages rouges et or, battant ses chevilles à l’opposé des jupettes des légionnaires – certains pans encore accrochés, relevés à sa ceinture dévoilant ses bottes et ses cuisses. L’armure légère de cuir qu’elle porte sur la poitrine et la cape de voyage doublée de rouge jetée sur l’une de ses épaules, pour ne pas gêner le bouclier ni ses mouvements. Les gueux ne connaissent pas son rang de déserteuse et s’écartent.
Jusqu’elle sorte de sa fanfare épique interne en heurtant quelqu’un dans la foule. Attheia attrape le poignet de Livia par réflexe pur, la repoussant en pleine poitrine de l’autre main tout en la gardant à proximité. Les gestes s’enchainent un à un, mécanique et elle pose la main sur la garde cuivrée un instant plus tard. L’Impériale plisse les yeux, et relève le menton pour essayer de regarder Livia dans les yeux, dominée d’une tête. « - Je vous connais. » énonce calmement l’ancienne questrice, circonspecte. Une prudence surprenante pour quelqu’un qui a ses doigts serrés sur le pommeau et l’éclat dans les yeux comme si elle s’attendait à une lame ou à un baiser. L’un plus familier que l’autre.


________________
Never laugh at live dragons
Virago (n.) a strong, brave, warlike woman; a woman who demonstrates exemplary and heroic qualities. A warrior.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tarde venientibus ossa | Livia & Attheia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» ϟ TARDE VENIENTIBUS OSSA ϟ Event express III
» Le procès du docteur Livia [tout le monde]
» __--Livia--__ no comment ^^
» Docteur Livia
» Livia César - 848-6416





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
There be Dragons :: Bordeciel :: Haafingar :: Solitude-