Partagez|
avatar
Prostitué.e
Messages : 25
Sujet: Est-ce que tu m'intéresses ? [Pv BB] Dim 12 Aoû - 22:06

 
EST-CE QUE TU M’INTÉRESSES ?
DANGEREUSE AUTOROUTE & ROUTE NATIONALE
Plus elle avançait à pas silencieux dans les boyaux rocheux formant le réseau des vestiges Dwemers, plus la jeune Bosmer sentait l’étau se refermer autour de sa poitrine. Elle se découvrait avec une tendance claustrophobe dans des grottes encore inconnues pour elle. Bien que dans le fond, elle soit persuadée qu’un jour, ces ruines lui appartiendront ; elle en ferait partie complètement une fois qu’elle aurait persuadé un certain chef des Voleurs de définitivement l’écouter. Pishna avait des capacités, il ne lui manquait qu’un entraînement, peu importe l’intensité que Berich y mettrait, ça serait toujours mieux que d’être une pute dans un bordel miteux. Elle pouvait être capable de mauvaise foi, car l’établissement n’était pas si minable que ça. C’était propre, les prostitué.e.s étaient bien traités et n’étaient pas trop arnaqués au niveau de la paye. Elle aurait pu tomber sur bien pire et elle remerciait Dibella tous les jours pour cette chance. Mais cette aubaine, elle voulait la transformer en véritable opportunité. C’était risqué, dangereux et certainement stupide d’adopter cette tactique avec le brun, la jeune femme savait qu’elle risquait plus une punition que des félicitations. Mais toutes les publicités étaient bonnes non ? Alors elle tentait pour cette fois-ci.

Prenant son courage à deux mains, elle continuait d’avancer discrètement sur le chemin rocheux sans prêter attention à ce qui l’entourait. Au bout de quelques longues minutes, des sons provenant d’un peu plus loin l’interpellèrent. Instinctivement, elle s’arrêtait pour écouter un peu plus attentivement pour entendre des éclats de voix. Elle touchait peut-être à son but. Ce nouveau quartier général des voleurs était toujours en réaménagement, c’était une chance pour passer inaperçu au milieu des autres sans se faire remarquer. Elle resserrait la capuche de sa veste de cuir autour de son visage, baissant la tête alors qu’elle s’engouffrait dans la masse des voleurs et ouvriers, jetant des petits coups d’œil en faisant comme si elle appartenait à cet endroit à part entière. Et non un outsider qu’on n’hésiterait pas à virer à coups de pied au derrière pour lui apprendre sa place. Nerveusement, elle passait sa langue sur ses lèvres alors qu’elle prenait sur un chemin visiblement peu emprunté, comme elle avait pu l’entendre d’un client à la langue bien trop pendu une fois ses sens embrumés par l’alcool. Pishna avait promis de ne répéter à personne ce « terrible » secret pour ne pas attirer de problème à cet homme. Mais au contraire, n’avait jamais promis de ne pas y aller elle-même. Relevant la tête, elle trouvait ce qu’elle était venue chercher.

C’était une porte tout à fait banale, légèrement entrouverte. Discrètement, elle passait un coup d’œil pour remarquer l’absence d’une quelconque présence. Avec douceur, elle ouvrait la porte avant de pénétrer à l’intérieur et refermer la porte derrière elle. Elle découvrait une pièce tout à fait… vide. Quelques étagères creusaient dans la pierre, une couchette, une table avec quelques chaises autour. Cette table remplie de quelques parchemins qu’elle ne s’amuserait nullement à déplier malgré sa curiosité. Elle remarquait un manteau que la Bosmer identifiait comme étant l’un des habits de son patron lorsqu’il était de sortie. Il y avait une torche allumée au mur et même quelques bougies perchées pour permettre une meilleure luminosité. C’était définitivement le bureau de Berich qui avait dû s’absenter momentanément étant donné qu’il y avait toujours ces affaires. Et maintenant ? C’était une mauvaise idée, elle n’aurait pas dû venir ici. Quand il allait revenir, elle ne préférait pas imaginer la réaction de son supérieur et encore moins la punition qu’il allait lui réserver. Venir était une erreur, elle ne faisait que condamner son passage d’un emploi à un autre. Jurant entre ses dents, elle reculait de quelques pas avant de tourner les talons vers la porte qui n’était qu’à quelques mètres. Il suffisait de quelques secondes pour l’éviter.
Pourtant, c’est la peur qui l’arrête lorsqu’elle entend une voix grave jurer derrière la porte, comprenant simplement des plaintes avant que la porte ne s’ouvre sur sa silhouette. Se figeant sur place mais la tête droite, elle affrontait le regard de l’autre. Impossible de fuir ou de faire marche arrière à présent. Elle dégageait un peu sa gorge, sentant que si elle parlait, sa voix allait mourir sous l’angoisse, la rendant incompréhensible « Bonjour... patron. ».  
 
code by bat'phanie

________________

--- there is only power
for those of great ambition.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chef des Voleurs
Messages : 149
Sujet: Re: Est-ce que tu m'intéresses ? [Pv BB] Lun 13 Aoû - 0:15
 
Est-ce que tu m'intéresses ?
I will not tolerate things that rob me of my peace

Bureau de Berich, Ruines Dwemer.
Tous des cons. T’étais entouré par une bande de couillons incompétents et irresponsables. Peut-être que tu faisais parfois partie de ces abrutis mais tu restais trop fier pour te rendre à l’évidence et l’avouer. Alors tu faisais ton connard et tu te contentais de pourrir ceux qui avaient le malheur de venir t’annoncer certaines mauvaises nouvelles. Aller voir Arawn ne serait probablement pas beaucoup mieux quand on y réfléchissait un petit peu. Vous étiez deux têtes de mule au caractère de merde et pourtant, c’était à vous que revenez ce lourd poids et cette dure responsabilité qu’était celle de remonter la Guilde des Voleurs. Pourquoi, comment, tu te le demandes souvent, jusqu’à ce qu’une autre embrouille te tombe sur le coin de la gueule et qu’il faille s’en occuper au plus vite. T’avais même pas le temps d’avancer dans ta quête personnelle, pas le temps de te pencher sur ce qui pourrait vraiment vous sauver, c’est ce que tu croyais dur comme fer en tout cas. Alors tu faisais comme tu pouvais entre la Guilde, le bordel et Nocturne, jonglant entre les trois, même si la Guilde  remportait souvent la priorité.

Le pas traînant, la boule au ventre alors que les choses ne vont pas vraiment comme tu le voudrais, tu remontes ces couloirs que tu commences à bien trop connaître. Ça te fait chier ça aussi, mais t’as pas le choix au fond et tu te contentes de gentiment t’adapter. Pour l’instant, t’as seulement envie de t’isoler pour chercher quelles options s’offrent actuellement, en attendant qu’Arawn daigne pointer le bout de son nez pour que vous puissiez discuter de tout ça. « Un putain d’incapable de merde… irrécupérable- » Tu jures dans ta barbe, ouvrant la porte de ton bureau, seulement pour t’arrêter dans ton élan et tes grognements alors que tu te retrouves face à une silhouette familière que tu n’as définitivement jamais aperçu par ici et tu ne tardes pas à froncer les sourcils, arborant cette expression dure quand elle t’adresse la parole. Elle n’a rien à faire ici et elle le sait. Elle n’a pas sa place dans ce trou à rats, elle appartient à un autre monde qui n’est clairement pas celui du vol et des escroqueries.

Tu prends une longue inspiration alors que tu t’avances et entre complètement dans la pièce, fermant la porte derrière toi dans un geste exagérément lent, sans la verrouiller. Tu veux rester calme pour une fois, t’as d’autres merdes à traiter, à commencer par cette fuite qui ne va pas tarder à vous empêcher d’accéder aux réserves de la Guilde. Gérer les déboires d’une catin qui a décidé de partir à l’aventure dans le repère des voleurs n’est pas dans tes projets ; t’as pas son temps. Tu gardes ton regard posé sur la jeune Bosmer, toujours aussi austère, peu enclin à la discussion. « T’as rien à foutre ici. Mais je suppose que tu le sais déjà ? » Tes doigts sont crispés et tu te forces à rester à peu près correct, à ne pas simplement la dégager de là et de prendre les mesures nécessaires pour l’envoyer loin de Markarth. Très vite, tu reprends, te parlant presque à toi même quand tu rejoins ton bureau. « Je ne sais même pas si je veux savoir comment t’as réussi à venir jusqu’ici. » Un long soupir t’échappe et tu reposes ton séant sur l’assise en pierre, l’ignorant presque quand tu te contentes d’attraper un parchemin qui traîne sur le bureau, un peu au hasard il faut l’avouer, mais avec l’espoir d’enfin lire une bonne nouvelle. Sans relever le regard, tu daignes à nouveau lui adresser la parole après quelques longues secondes. « Si t’es venue jusque là pour quémander une augmentation, tu peux repartir directement et peut-être que j’oublierai ton intrusion. » Sûrement que tu l’oublierais pour de vrai au vu de la nouvelle crise que le sort avait décidé de vous faire traverser. Tu redresses les yeux pour la toiser rapidement, reniflant, agacé plus qu’autre chose. « Ou peut-être devrais-je réfléchir à une sanction ? » Et, doucement, tu inclines ta tête de côté, comme si son avis comptait réellement.

code by bat'phanie

________________


Secrets in the dark.
look at yourself, boy a lying thief, only coming after dark using the window to the bathroom upstairs. like darkness you hide behind the mask of tales stealing only dreams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prostitué.e
Messages : 25
Sujet: Re: Est-ce que tu m'intéresses ? [Pv BB] Ven 17 Aoû - 16:23

 
EST-CE QUE TU M’INTÉRESSES ?
DANGEREUSE AUTOROUTE & ROUTE NATIONALE
Beaucoup de choses faisaient peur à Pishna dans la vie. Berich en faisait partie. Non seulement parce qu’il était son véritable patron, mais aussi parce qu’il avait eu, pendant plusieurs heures, sa vie entre ses mains. La ramener par la peau du cul dans le centre de la ville pour la donner aux gardes. Ou devenir son informatrice dans le bordel qui lui appartenait. Elle avait fait le choix de la survie, le choix de la préservation. Ce qui n’était pas une mauvaise idée en soi, même si sa dignité, dans les premiers temps en avait pris un coup. Maintenant qu’elle avait une certaine routine, une certaine expérience même, elle avait fini par y trouver son compte et faire en sorte qu’être une prostituée ne soit pas complètement désagréable à subir au quotidien. Elle inspirait lentement, bloquant son souffle dans sa poitrine alors qu’instinctivement, elle continuait de faire face à Berich, sans le quitter des yeux. Par principe et habitude, elle ne tournait pas le dos, surtout quand elle savait qu’elle était en faute. Quitte à prendre une engueulade, elle préférait que ce soit en face. Pishna n’avait plus le choix que d’assumer ces conneries jusqu’au bout, toujours persuadé que dans le fond, ça valait le coup.

Elle est obligée de se faire violence, se mordant discrètement la lèvre inférieure. Elle avait débarqué ici en écoutant un voleur à la langue trop pendue lorsqu’il était alcoolisé et surtout, elle qui avait traversé les couloirs et les grottes sans aucun problème ; le pas trop léger pour déclencher un piège. Il valait peut-être mieux pour elle de garder sa bouche fermée sur le sujet. Elle ramenait ses mains contre ses flancs avant de les ramener en arrière, s’aidant à garder le dos droit, le manteau haut, essayant de garder une certaine contenance. De toute manière, elle n’avait plus trop le choix. « Je ne serai pas venu ici pour une simple augmentation. » Elle fait de son mieux pour que ne pas paraître sarcastique, empêchant sa langue de claquer contre son palais. Non, elle n’aurait pas risqué de se prendre un piège pour une hausse de salaire. Elle ne se plaignait pas de ce qu’elle avait. La bosmer pourrait avoir plus, mais elle s’en fichait pour l’instant. Quelque chose de mieux l’attendait, pas la peine de s’occuper de choses futiles comme un salaire alors qu’un autre projet pourrait aboutir « Je viens parler des voleurs. ».

L’espoir de piquer la curiosité de Berich ou en tout cas, de lui faire oublier dans l’immédiat une possible punition pour sa pomme. Avalant doucement sa salive, elle fait un pas de plus vers lui. Autant assumer jusqu’au bout et quitte à être puni pour son affront, autant que ce soit pour une véritable raison. Elle n’allait pas le provoquer sur le fait que personne ne l’avait remarqué. Si sa tenue était discrète, elle n’était pas conforme à celle des voleurs. Elle plissait les lèvres avant de continuer, affrontant le regard glacé du chef de la guilde. Elle s’avançait d’un pas, pour paraître plus grande alors qu’elle ne l’était pas ou seulement pour se donner un élan de courage, même minime. « Je sais que vous avez autre chose à penser. Mais honnêtement, vous savez que je vaux mieux qu’ouvrir les cuisses dans un bordel. Je veux vous convaincre que je pourrais être une bonne voleuse. Je ne dis pas dans l’immédiat, j’ai des lacunes je ne suis pas idiote. Mais je sais que je peux. Si on me donne ma chance. » Si Berich lui donnait sa chance. Si elle pouvait simplement inséminer l’idée dans son esprit, l’y faire réfléchir, elle repartirait le cœur léger. Elle était patiente. Elle pouvait encore attendre un peu. Elle ne garantissait juste pas, qu’elle s’arrêterait de lui en parler, tant qu’elle n’arriverait pas à avoir une réponse positive du chef de la guilde.
code by bat'phanie

________________

--- there is only power
for those of great ambition.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chef des Voleurs
Messages : 149
Sujet: Re: Est-ce que tu m'intéresses ? [Pv BB] Mar 21 Aoû - 11:54
 
Est-ce que tu m'intéresses ?
I will not tolerate things that rob me of my peace

Bureau de Berich, Ruines Dwemer.
Qu’est-ce que tu fous là ? Pourquoi tu perds ton temps ? Où est passée ta patience ? C’est pas vraiment des questions que tu te poses, malheureusement. Au lieu de ça, tu t’évertues à essayer de redresser le navire et l’aide d’Arawn n’est clairement pas de trop. Même si c’est un petit con, même si il a un problème avec le skooma, même si vous passez une bonne partie de votre temps à vous embrouiller. Peut-être que tu devrais lui envoyer la gamine, avec de la chance il la ferait fuir et elle ne voudrait plus jamais mettre les pieds dans le repère des voleurs. Quoi que, ça reste cruel comme traitement, même si ça aurait au moins l’avantage de te faire rire. Tu gardes cette idée en tête, au cas où la jeune femme finirait par trop t’agacer.

Mais soit, elle n’est pas là pour une augmentation donc. Tu ne sais pas si c’est mieux et tu manques presque de t’étouffer quand sa raison te parvient. Lentement, tu secoues la tête comme si tu venais d’entendre une bonne blague, un fin sourire ornant à présent tes lèvres. Un sourire moqueur, certes, mais un sourire quand même. Et comme tout amusement, ça ne doit durer qu’un temps, il ne faut pas non plus pousser et tu lèves la main, esquissant un geste qui lui indiquait clairement la porte bien qu’il reste vague comme tu ne daignes toujours pas relever le regard vers elle. Qu’est-ce qu’une employée du bordel avait bien à dire au sujet des voleurs ? Rien. Si ce n’est pour les informations qu’elle te ramène parfois, elle n’a rien à dire.

Pourtant elle s’approche et tu admires presque cet acharnement, dommage que ça t’emmerde plus qu’autre chose. Tu lèves un sourcil, bien trop hautain, l’air de lui demander si ça t’intéresse et t’en reviens vite à ce parchemin qui porte une information inutile. Tu masques difficilement ta frustration comme la commissure de tes lèvres s’étire en un léger rictus, la laissant tout de même parler. « Je le sais ? Vraiment ? Admettons alors. Qu’est-ce qui me garantit que tu rapporteras plus en tant que voleuse plutôt qu’en ouvrant sagement les cuisses ? J’ai pas ton temps et, si mes souvenirs sont exacts, la dernière fois que tu as tenté de volé, ton échec fut cuisant, non ? » Tu redresses le chef vers elle en prononçant ces mots, tranchant, toute trace de sourire évaporée de ton faciès désormais. D’un autre côté, tu t’interroges tout de même. Dans un autre contexte, elle aurait bien pu réussir à te faire les poches. Et en dehors de ça, comment a-t-elle fait pour parvenir jusqu’ici ? Pour éviter les pièges soigneusement posés par ton mage préféré ? Pour qu’aucun des abrutis qui peuplaient ces ruines ne la remarque ? Elle a peut-être reçu de l’aide, qui sait. L’hésitation te prend alors que tu étudies les traits de Pishna. Avec du temps et de l’entraînement, tu pourrais peut-être en faire quelque chose. Sauf que ça mettrait un nouveau coup à ta fierté de seulement accepter sans discuter, sans poser des conditions.

Tu prends une longue inspiration avant de lui indiquer une chaise d’un geste du menton alors que tu t’installes un peu mieux, croisant les bras, ton regard ne la quittant jamais. « Alors dis moi. Outre t’infiltrer ici, tu as prévu quoi pour me convaincre ? » T’es réellement curieux et tu t’es avancé, à présent accoudé sur le bureau pour mieux l’observer. Avait-elle un plan ou était-elle partie sur une totale improvisation ? Tu ne te l’avouerais pas, mais quelque part, tu as déjà commencé à la tester, un peu malgré toi.  

code by bat'phanie

________________


Secrets in the dark.
look at yourself, boy a lying thief, only coming after dark using the window to the bathroom upstairs. like darkness you hide behind the mask of tales stealing only dreams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prostitué.e
Messages : 25
Sujet: Re: Est-ce que tu m'intéresses ? [Pv BB] Dim 30 Sep - 0:38

 
EST-CE QUE TU M’INTÉRESSES ?
DANGEREUSE AUTOROUTE & ROUTE NATIONALE
Elle jouait avec le feu, elle le savait parfaitement. Elle misait beaucoup sur cette visite, si on ne pouvait parler de carrière ici, elle risquait tout de même sa survie. Berich pouvait décider de la renvoyer avec un coup de pied au derrière, la laisser à ses voleurs pour qu’ils s’amusent un peu avant qu’elle ne reparte pour le bordel ou qu’il laisse l’autre chef de la guilde se charger de son cas. Si elle ne voyait pas le brun cruel à ce moment, elle n’oubliait pas une chose : c’était un homme. Ces êtres pouvaient être d’une grande cruauté lorsqu’ils savaient un peu réfléchir. Et elle savait son supérieur loin d’être stupide. Si elle donnait l’impression d’avoir un peu d’assurance, Pishna n’en menait pas vraiment large. Elle se sentait disséquer sous le regard de Berich, cherchant la faiblesse de sa prostituée pour taper là où ça faisait mal. Si ce n’est pas une sentence qui lui est assommer sur le coin du museau, c’est plutôt une gifle qu’elle reçoit dans son égo. La bosmer avait appris, il y a bien longtemps, à mettre sa fierté de côté lorsqu’elle s’allongeait sur les lits du bordel avant de s’en servir pour manipuler les hommes et les femmes venant partager sa couche. Mais tout ceci ne serait pas arrivé, si elle n’avait pas fait l’erreur de voler la bourse du mauvais type. Elle aurait dû rester en forêt ce jour-là pour chasser, mais la facilité et la faim avaient eu raison d’elle pour tirer l’argent d’un imbécile.
Difficilement, la blondinette déglutissait. C’est vrai, Berich n’avait pas tort. Pourtant, malgré ses remarques, il ne la chassait plus vers la porte. Semblant de nouveau concentré sur elle. Pendant un bref instant, elle a vraiment l’impression que l’homme entrouvrait la porte pour voir si elle arrivait à se glisser aussi habilement qu’un chat. Nerveusement, elle passait le bout de sa langue sur ses lèvres, la gorge sèche, l’impression de ne pas avoir bu depuis des heures. Silencieusement, ses pieds glissaient sur le sol jusqu’à atteindre la chaise devant elle. Après un dernier regard sur son interlocuteur, Pishna s’asseyait devant lui. Posant son bras sur sa robe fine pour bouger plus librement, pour lisser les plissures s’y étant formé. C’était une gueuse après tout. Surtout une fois qu’elle n’avait plus les belles parures que lui prêtait la guilde pour le bonheur des clients.

Elle inspirait une bonne fois pour toute, avant d’ouvrir de nouveau la bouche. « J’ai échoué, une fois. Pas de chance, c’est tombé sur vous. Mais pendant un an, je n’ai jamais été prise. » Elle aurait pu se faire couper les mains pour ça si elle était tombée sur un autre homme que Berich. « J’ai le pied naturellement léger, je suis discrète et je suis légère. C’est pour ça que je n’ai pas déclenché les pièges qu’il y avait ici. Que je sache où ils se trouvent ou non. » Le culot, le talent, le danger, elle ne savait plus trop ce qu’elle disait. Mais c’était l’heure de se vendre. Et ça, on avait appris à le faire ces dernières années. « Personne n’a fait attention à moi ici. Je suis passé au milieu de tous ces gens sans que personne ne m’arrête ou ne se pose de question. On ne me remarque pas. » Pishna, elle avait bien un dernier argument. Mais lui révéler était en soit une erreur : savoir fermer sa bouche. Si elle lui disait qu’un de ses voleurs avait la langue un peu trop pendue lorsqu’il avait un coup dans le nez et de la bonne compagnie… Comment le prendrait-il ? Pour elle, ça voulait dire qu’elle savait garder un secret. En contrepartie, cet homme représentait un danger pour la guilde s’il se mettait à déblatérer contre un verre de vin minable où se trouvait la cachette des voleurs. Le dos droit, elle semblait avoir repris un peu d’assurance alors qu’elle regardait l’impérial dans les yeux. « J’apprends vite et bien. » Tout ce dont elle avait besoin, c’était d’un peu d’apprentissage et d’expérience. Qu’on croit en elle. Qu’elle ne fût pas simplement bonne à ce que Berich l’avait réduite pendant ces deux dernières années. « Une chance. » Si elle avait finissait pas dehors avec la rouste de sa vie, elle serait déjà bien contente de son aventure ici bas.
code by bat'phanie

________________

--- there is only power
for those of great ambition.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Est-ce que tu m'intéresses ? [Pv BB]
Revenir en haut Aller en bas
 

Est-ce que tu m'intéresses ? [Pv BB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Et toi, t'es qui ? Non. Tu ne m'intéresses pas, finalement.
» Projet de campagne Blitzkrieg pour personnes intéressées et intéressantes ;)
» 08. Un TP peut finalement se révéler intéressant PV Dakota
» Des idées pour faciliter l'intégration?
» La drague ça ne m'intéresse pas (suite) [Ciel Etoilé]





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
There be Dragons :: Bordeciel :: La Crevasse :: Markarth :: Château de Cœur-de-Roche-